La pétoche

La pétoche :

Avoir peur,

Ressentir une émotion qui accompagne une prise de conscience ou d’un danger,

Avoir la trouille.

Moi, la quinqua, j’ai soudain la pétoche !

A 50 ans, lorsque vous êtes licenciée économique, quel avenir peut bien se profiler à l’horizon?

« Ma pauvre dame, faut pas se leurrer, le monde du travail ne vous fera pas de cadeau. Préparez-vous au parcours du combattant… »Les gens sont bien pessimistes ! Pffff…

Sans trop écouter ces bonnes paroles entendues maintes fois,  je me suis lancée corps et âme dans la quête d’une reconversion potentielle.

De formations en formations, d’idéal rêvé à la réalité, de fous espoirs en terribles inquiétudes, d’euphorie en abattement, j’en ai eu assez de jouer au yoyo, et j’ai enfin pris une décision.

Quoi ! Malgré mon expérience professionnelle et mes compétences, le monde du travail ne veut plus de moi (de nous les quinquas) , si ce n’est des postes aléatoires, et /ou rémunérés à peine au-dessus du smic ?

Alors, à quoi ça sert de nos jours d’avoir je ne sais combien d’années d’expérience ? A rien ?

Je me refuse à croire cela.

Et je me refuse à la fatalité.

Me voilà donc au pied du mur, en ce début d’année, après avoir été LONGTEMPS indécise quant à mon futur professionnel, j’ai donc décidé de créer mon emploi.

Tout simplement.

Enfin … quand je dis « tout simplement », ce n’est pas tout à fait ça…

Cela passe par des mois et des mois de réflexion et de cogitations diverses :

J’y vais ? J’y vais pas ? Et pour la retraite ? Et si je suis malade ? Et le RSI ? Et les autres taxes ? Et j’ai horreur de faire la compta… si j’oublie quelque chose ? Ou si je me trompe ?unknown-1

Et j’en passe.

Bref, après avoir pesé le pour et le contre, j’ai quand même trouvé pas mal de points positifs :

Je crée mon emploi

Je choisi mon domaine d’activité en fonction de mes paramètres (goûts, expérience, compétences, opportunités)

Le patron, c’est moi, et la pression, c’est moi qui me la mets si nécessaire !

Je choisis mes horaires : si je veux bosser 12 heures par jour, c’est moi qui décide,

Je me donne l’opportunité et les moyens de bien gagner ma vie

Je prends des congés quand je veux, raisonnablement, car évidemment, il n’y a plus de congés payés !

En synthèse, j’espère un meilleur équilibre entre vie professionnelle et personnelle, et une grande liberté. Intéressant !

Alors voilà, ça y est, début Janvier 2017, je me lance… le grand saut ! TAAAdaaaaaa….!

saut-en-parachute-gifs-animes-9445885

Et j’ai la pétoche !

Je réalise seulement l’ampleur de la tâche.

J’ai des milliards de choses à apprendre, à mettre en place et à maîtriser pour être au top ! Et ce n’est que le début : formations, réunions, organisation, plan d’action…

L’objectif (ça motive) à 1 an : REUSSIR, of course ! Et rester dans la communication positive. C’est important .

Il n’empêche… j’ai la pétoche!

Pour terminer, une devise de circonstance :

« IL EST DIFFICILE D’ÉCHOUER. MAIS IL EST ENCORE PLUS DIFFICILE DE NE PAS AVOIR ESSAYÉ DE RÉUSSIR. » – THEODORE ROOSEVELT-

Et vous, les quinquas et les autres, vous en pensez quoi de tout ça ?

A 50 ans, faut-il continuer à prendre de bonnes résolutions ?

Tout d’abord, moi la quinqua, je vous présente mes meilleurs vœux pour 2017.

Que cette nouvelle année vous apporte amour, gloire et beauté… (Euh… je me suis trompée, mille excuses, ça c’est à la télé… et ça dure depuis … 1987 !)

Pour les inconditionnels, la dernière diffusion:

http://pluzz.francetv.fr/videos/amour_gloire_et_beaute_ep6982_,150878647.html  🙂

Hum, faux départ, je recommence :

A l’heure où nous espérons tous moins de guerres et plus de paix dans le Monde, je souhaite que cette nouvelle année vous apporte, à vous et vos proches, tout un lot de bonnes choses, des surprises, des témoignages d’amour et d’amitié, une bonne santé, un job, une maison, un chat, un mariage, des vacances, une nouvelle vie…

Bref, je vous souhaite que du bon !

bonne-annee-2015

Et j’en viens à mon post du jour : les fameuses bonnes résolutions de début d’année.

De façon récurrente, aux portes de Janvier, nous voilà « entraîné(e)s » dans un tourbillon tous azimuts de bonnes résolutions.

Chaque fois, c’est pareil, on se fait une (longue) liste de choses que l’on souhaite accomplir, avec une énergie débordante, et une bonne volonté évidente.

C’est le rituel de fin d’année : unknown

un début de nouveau cycle s’annonce, et il s’agit de tout mettre en œuvre pour amorcer le virage au mieux.

 Quelques exemples, parmi tant d’autres:

Arrêter de fumer

Se remettre sérieusement au sport

Eviter de manger du fromage le soir

Renoncer à mettre son énergie dans des trucs idiots

Réduire son temps passé devant l’ordi ou la télé

Appeler les amis et la famille plus souvent

Lire les bouquins qui s’accumulent au pied du lit

Consacrer plus de temps pour SOI

Privilégier son couple et organiser un petit séjour en amoureux

Avoir une communication positive, et arrêter de râler pour pas grand-chose

Changer de vie…

ET tenir ses bonnes résolutions !

Alors quoi, comment faire avec une liste d’actions à mener, souvent bien trop longue et trop floue ? Quelle serait la méthode idéale ?unknown-1

Je pense tout d’abord, que notre liste de bonnes résolutions doit être courte, et les objectifs précis, et surtout A-TTEI-GNA-BLES. Hein?

Exemple : Consacrer plus de temps pour soi.

Facile comme ça, mais en pratique ?

Si on travaille, le temps pour soi est assez mince, surtout s’il y a une famille autour. agenda

L’objectif est donc de planifier 1h, 2h, ou ½ journée 1 fois par mois, pour commencer, un moment rien que pour SOI (sport, coiffeur, ciné, copines…). Simple, non ? Si on s’y prend à l’avance.

Et pourtant…

Nous oublions vite nos bonnes résolutions : il y en a trop, ou l’objectif est trop ambitieux ou compliqué à mettre en place. Dans ce cas, il vaut mieux y aller par étapes, progressivement, et ne se fixer qu’une seule résolution.

Car le but, c’est de s’y tenir. Et de se féliciter lorsque le but est atteint ! Et oui, ça regonfle notre estime de soi ! On en a besoin!unknown-1

Selon un récent sondage, 93 % des Français prennent des bonnes résolutions. Les hommes insistent sur le sport, la cigarette et la consommation d’alcool. Les femmes pensent régime, soins du corps et moments de détente.

Alors à 50 ans, faut-il continuer à prendre de bonnes résolutions à l’aube de 2017 ?

J’ai envie de dire : c’est comme on veut.

Si cela vous met la pression et vous donne l’ENVIE d’AGIR, alors, oui sans hésiter. C’est LE challenge à relever.

Sinon, ne pas en avoir, c’est plutôt confortable. Et tant pis si nous ne faisons pas comme tout le monde!

C’est mon cas, je n’en prends plus… Je suis claire avec moi-même :).

Cela ne m’empêche pas de me lancer des (petits) défis TOUT AU LONG DE L’ANNEE.

Et si le meilleur moyen de tenir une résolution était de ne pas en prendre, tout simplement?

Et vous les quinquas et les autres, vous en pensez quoi de ces bonnes résolutions annuelles ?

 

Les cadeaux de Noël: une obligation?

Est-il possible de passer un Noël sans cadeau ? Franchement ?

unknown

Figurez-vous que je suis tombée sur un ancien article publié dans un magazine complètement par hasard, et qui est à mon avis toujours d’actualité.

L’idée était de retrouver du sens dans cette (un peu folle) période de fêtes de fin d’année.

Alors voilà: vous les quinquas et les autres, si cette année vous n’achetiez pas de cadeaux de Noël ??

Ou plutôt, si vous refusiez d’entrer dans la frénésie des achats « obligés » ?

(Ouh là ! Je pense que je vais direct sur un sujet « sensible » … Hein ?)

Sans parler de religion, avez-vous déjà questionné votre entourage ou des personnes extérieures à votre cercle intime sur leur ressenti par rapport à cette période ?

Et bien, moi oui.

Elle est vécue soit avec joie (une grande majorité quand il y a des enfants), soit avec tristesse ou exaspération. Pour ces derniers, vivement le 2 Janvier !

Ainsi, les enfants écrivent avec application leur liste au Père Noël dès le début du mois de Décembre, les adultes, les quinquas, et les autres, font connaître leurs envies, subtilement ou non …

Et immuablement chaque année, à date fixe, il faut obligatoirement mettre la main au porte-monnaie.

Pfff ! Bonjour la gymnastique des méninges, et les dépenses !
Quelques fois irrationnelles et compulsives.

Nous voulons faire plaisir à tous, n’est-ce pas… Et nous nous sentons obligés de céder à cette obligation de consommer à tout prix…

Avons-nous peur de ne plus être aimé si nous offrons moins? Avons-nous peur de passer pour un radin ?

Alors voilà une alternative qui semble intéressante : et si nous faisions des cadeaux avec notre coeur, un cadeau « maison » ??

Oui, à l’heure des D.I.Y et des « home made », on est pile dans la tendance ! Il n’y a qu’à feuilleter les magazines, et de se promener dans les rues pour s’apercevoir que des boutiques consacrées à ce phénomène se multiplient !

Place au cadeau unique, personnalisé et authentique!

L’occasion de revoir ses priorités. Qu’en pensez-vous ?

Exemple : offrir des petits gâteaux ou des chocolats faits maison, des confitures avec les fruits du jardin, des pulls ou des écharpes tricotés à la main, des boîtes décorées de perles ou autres, un vieux cadre photos relooké, des objets « détournés » …

Ah ! Je vous vois sourire… 🙂

Certes, vous pensez peut-être que ce genre de cadeau serait perçu comme « imparfait »?

Que c’est sa valeur marchande qui primerait sur le reste, c’est-à-dire l’attention portée, le temps passé… Et vous craignez d’être déçu(e) par la réaction de l’autre ?

Bon, c’est quoi la solution, alors ?

Et bien, l’idée serait de commencer par varier nos types d’attentions, par exemple ? On offre des cadeaux « commerciaux » et des « faits maisons »?

Cela nous permettait de changer nos habitudes et nos priorités, et qui sait, de faire adhérer notre entourage à ce type de « consommation » ?

Sincèrement, pensez-vous que seul l’argent serait une preuve d’amour ? J’espère bien que non !

A bon entendeur…

Quelques sites à consulter pour donner des idées:

http://www.cultura.com pour les loisirs créatifs

http://www.fifijolipois.com et http://www.ladroguerie.com/shop/ pour les bijoux ou accessoires

http://www.phildar.fr/phil-academie.r.html pour les pulls (ou écharpes) à tricoter

https://fr.lush.com pour les cosmétiques

 

Et vous les quinquas et les autres, vous en pensez quoi de tout ça ?

L’art de dresser une jolie table pour les fêtes

Les fêtes de fin d’année approchent à grands pas… ho ho ho ! 🙂

C’est l’occasion de mettre les petits plats dans les grands, d’extirper de nos armoires la jolie vaisselle en porcelaine, les verres en cristal, et nos couverts en argent, sûrement laissés de côté depuis l’année dernière… !?

Moi la quinqua, je trouve qu’une jolie table, dressée avec goût, a autant d’importance que les mets servis aux invités. Le plaisir des yeux. Vous êtes d’accord avec moi?

Alors, pour changer des recettes de bûches qui inondent les réseaux sociaux en ce moment, j’avais envie aujourd’hui, de vous proposer un rappel pour bien dresser votre table dans les règles de l’art.

Car sans jouer les ringardes de service, je trouve que les bonnes manières font partie de l’art de vivre à la française, et il en va de même pour l’art de dresser la table.

Tout d’abord, pour les grandes occasions comme les fêtes de fin d’année, la table s’habille d’une belle nappe. Surtout pas celle de tous les jours !

L’attention sera portée sur le choix d’un beau tissu, ou de sets joliment décorés et/ou de chemins de tables. Couleur argent, or, vert, rouge, ou simplement tout blanc… quelques paillettes, des pommes de pins, des petites branches de houx, des photophores ou une guirlande lumineuse, des personnages miniatures rappelant Noël…

Moi, je trouve que le top du chic, c’est la simplicité. Donc je ne charge pas trop sur la déco.

Assortir les couleur est primordial, et rester sobre aussi.

Voilà, pour le décor : le grand jeu ! (c)Elle.

une-table-de-fete-elegante

Concernant la vaisselle, je n’ai pas besoin de vous préciser que celle de tous les jours est bannie. Place au service des grandes occasions !

LES COUVERTS : 149520-9458675

Vous, les quinquas et les autres, vous savez sans doute qu’il existe 2 présentations possibles : à la française, ou à l’anglaise.

En ce qui me concerne, j’utilise celle à la française.

Les couverts disposés de part et d’autre de l’assiette, sont disposés suivant leur ordre d’utilisation, c’est-à-dire que ceux qui sont à utiliser en premier se situent à l’extérieur.

Il faut juste s’en souvenir. Après, c’est facile.

– Côté droit :

Le couteau de table se trouve près de l’assiette, le tranchant de la lame tourné vers l’assiette.

Le couteau à poisson est placé après celui-ci, au cas où vous avez prévu de servir du poisson. La cuillère à soupe est placée vers l’extérieur, côté bombé sur le dessus.

– Côté gauche :

La fourchette de table est disposée avec les dents tournées vers la nappe.

Puis la fourchette à poisson s’il y en a.

En France, on dispose le couteau à fromage à côté de l’assiette à fromage. Il n’est pas placé entre le verre et l’assiette dès le début du repas.

– Au-dessus de l’assiette :

Place aux couverts à dessert, une cuillère et une fourchette placées « têtes bêches », entre l’assiette et les verres.

Saviez-vous qu’on ne mange pas son dessert avec une cuillère mais avec une fourchette à dessert, sauf s’il s’agit d’un coulis ou une crème ? De même qu’une glace ou une compote ? Une île flottante se commence à la fourchette et se termine à la cuillère… On ne sait jamais, si vous êtes invités chez Mme La Baronne… ça peut servir ! 🙂

LES VERRES : images-1

Si vous prévoyez plusieurs boissons, c’est évidemment le cas lors des repas de fêtes, les verres sont disposés selon un code bien précis, devant l’assiette, en ligne droite, en commençant par le verre à eau à gauche, puis le verre à vin rouge, et le verre à vin blanc.

La flûte à champagne est à décaler, en retrait du verre à eau.

Eviter les verres de couleur pour les amateurs de vins, ils seraient frustrés de ne pas apercevoir la couleur du nectar !

LES ASSIETTES : iapzia-assiette-creuse-en-porcelaine-collection-hybrid-jpg

Si une assiette de présentation est prévue, calculer l’espace restant entre chaque invité pour ne pas être trop serré. L’idéal étant de garder environ 50 cm entre chaque assiette.

Elle doit être placée idéalement à 2 cm du bord de la table.

Il est disposé au maximum 2 assiettes sur celle de présentation. La dernière est enlevée à partir du fromage.

Voici un récap’ bien utile:

509px-plan_de_table-svg_

Enfin,

Les serviettes (en tissu!!) peuvent être pliées de façon originale dans l’assiette, ou sobrement, placées à côté.

Un petit mot pour chaque invité, ou un cadeau d’assiette sera du plus bel effet.

Bon, voilà quelques rappels si besoin est, afin d’en mettre plein la vue à nos invités !!

Je plaisante ! 🙂

Question de savoir-vivre, tout simplement… là est toute la différence que chacun appréciera.

Maintenant, il ne vous reste plus qu’à servir un repas digne de votre table !

Une vidéo simple et claire : https://www.youtube.com/watch?v=NJ6D2bc3JoQ

Et vous les quinquas, et les autres, vous en pensez quoi de ces quelques règles ?

 

« Chanson douce », le dernier Goncourt

Comme vous le savez sans doute, j’aime lire!

C’était mon anniversaire il y a quelques temps, et pour l’occasion, moi la quinqua, j’ai reçu en cadeau le dernier prix Goncourt, « Chanson douce » de Leïla Slimani.

Je vous fais un résumé de l’histoire?

C’est tiré d’un fait divers:

Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité professionnelle au sein d’un cabinet d’avocats.

Le couple se met alors à la recherche d’une nounou, et engagent Louise qui va vite se rendre indispensable en occupant une place centrale au sein de la famille.

Jusqu’au drame.

C’est un roman assez oppressant que j’ai lu d’une seule traite.

Dès les premières lignes du livre, nous connaissons l’issue de l’histoire. Terrible.

Puis c’est la construction d’une dépendance mutuelle qui est décrite minutieusement.

Un piège. Une spirale infernale.

En filigrane, notre époque et le rapport à l’éducation, à l’amour, aux rapports entre les êtres humains, à l’argent, aux différences entre les classes sociales, à la culture…

Bref, un prix Goncourt 2016 bien mérité.

Bonne lecture, si cela n’est pas encore fait.

Une chanson douce, Ed Gallimard, Prix Goncourt 2016.

Et pour mieux connaître l’auteure :

http://bibliobs.nouvelobs.com/sur-le-sentier-des-prix/20161103.OBS0671/10-choses-a-savoir-sur-leila-slimani-prix-goncourt-2016.html

 

Et vous, les quinquas, et les autres, vous en pensez quoi de ce livre ?